Un nouveau lieu pour Cap !

Vous avez réussi à suivre toute l’histoire ? Ou une piqûre de rappel s’impose ?

Entre Cap Nord et Cap Sud

Depuis janvier 2018, nous sommes partagés entre la rue Georges Jacquet (Cap Nord) et le Transfo (Cap Sud). Problème : la parcelle située rue Georges Jacquet est voué à un autre projet… La ville de Grenoble nous a donc proposé d’investir un nouveau lieu, une ancienne école de coiffure à l’abandon située à 50 mètres du Transfo. L’idée est intéressante mais un tel projet nécessite des investissements humains et financiers importants : travaux de mise aux normes, chantier participatif, déménagement…tout en continuant les missions indispensables au fonctionnement de la structure.

On vœux un super toit !

L’équipe a alors décidé de se lancer dans la quatrième édition du budget participatif, sans succès… mais sans renoncer au projet de lieu ou de « Tiers-Lieux » dans lequel une partie de l’équipe et des associations est censée emménagée au cours de l’été 2019… D’où le nom du projet « Un Tiers-Lieux en 180 jours » que nous vous avons présenté lors de nos vœux de janvier 2019.

100 jours de plus…

Finalement, le déménagement est décalé au dernier trimestre 2019. Cela nous laisse davantage de temps pour travailler sur les besoins et les usages des associations hébergées mais également pour trouver des partenaires financiers !

Nous allons régulièrement alimenté le site Internet du projet ainsi que la page Facebook. Mais soyez indulgents 😉

Au fait, c’est quoi un Tiers-Lieux ?

Cap Berriat s’est toujours présenté comme une pépinière d’associations alors pourquoi parler aujourd’hui de « Tiers-Lieux » ?

Depuis presque 20 ans, Cap Berriat travaille sur la question des espaces alternatifs sans pour autant avoir accroché l’étiquette « Tiers-Lieux » sur sa porte. Entre le soutien à l’émergence d’espaces intermédiaires (La Bifurk, Mann’Art(e), …) et le partage de son expertise sur ce sujet (participation à l’organisation d’un colloque international, « Les rencontres Jacques Cartier, Ilots artistiques urbains » en 2002, séminaire « Les Lieux du possible » en 2007, festival Mix’City en 2010), il est indéniable que la question des lieux et de ce qu’on en fait est primordiale au sein de Cap.

A cela s’ajoute son combat pour conserver, pour les associations de sa pépinière et les jeunes porteurs de projet accompagnés, suffisamment de m² dédiés à l’expéricapture d_écran 2019-01-31 à 09.32.43mentation, aux pratiques artistiques et culturelles et à la convivialité. C’est pourquoi aujourd’hui, deux sites sont nécessaires.

Le projet de Cap se reconnaît donc dans les lignes du Manifeste des Tiers-Lieux.

Depuis décembre 2018, Cap Berriat s’est rapproché de La Bifurk pour élaborer ensemble un cycle de rencontres et conférences sur la question des lieux « DE(s)FRICHES – Lieu, collectif et expérimentations, entre transpalette et convention d’occupation » en invitant autour de la table ceux qui transforment le territoire par la reconquête d’espaces à l’abandon. Ces temps d’échanges permettront lesindispensablesduntierslieuune mise en réseau – du local à l’international – de lieux aux histoires, projets et ampleurs variés mais aux problématiques communes : comment conserver des espaces dédiés à l’expérimentation ? Quelles sont les normes à respecter ? Quel mode de gouvernance pour quel projet ? …

D’autres lieux nous inspirent ici et ailleurs. Alors, nous visitons des sites, nous rencontrons des acteurs qui se battent comme nous pour des espaces « tiers ». Nous vous invitons à regarder du côté de Grnd Zero, de la Friche de la Belle de Mai, de la Chiffone Rit, de l’Usine Vivante, de la Friche Lamartine, des Grands Voisins et bien d’autres…